Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Compte rendu de la rencontre du 5 octobre 2016

Le Groupe APPRR du diocèse a été accueilli le 5 octobre au sanctuaire de Schönstatt à Thun-Saint-Martin

le Mercredi 05 oct 2016

Groupe de Cambrai

Compte Rendu de la réunion du 5 octobre 2016

Très belle rencontre ce mardi 5 octobre à Thun-Saint-Martin, au Sanctuaire de Schönstatt.

Nous étions 19, avec le Père Jean-Marie Moura qui a passé la journée avec nous, a présidé l'Eucharistie et a partagé le repas.

              

Après la visite des lieux guidés par le Père Jean-Marie, nous avons été reçus dans la salle d’accueil du sanctuaire. Anne a remercié les membres présents (dont Sonia Moura, la maman de Jean-Marie), donné des nouvelles des absents, des excusés et des membres malades. Ensuite, nous avons eu un topo sur « Schönstatt », nous avons participé à la messe dans la chapelle du sanctuaire. Après le repas partagé (préparé par quelques-unes d’entre nous) Le père Jean-Marie nous a entretenu de sa situation, de sa mission ici à Thun-Saint-Martin et de ses projets !

SCHÖNSTATT ? C’est d’abord un lieu, un quartier de Vallendar près de Coblence, en Allemagne.

C’est un « lieu de grâce » : en octobre 1914, le Père Joseph Kentenich et quelques jeunes concluent avec Marie une « Alliance d’Amour » dans une petite chapelle. Aujourd’hui, des hommes du monde entier y viennent en pèlerinage. A travers le monde, il y a environ 200 reproductions de cette première chapelle, ce sanctuaire d’origine.

Pourquoi une chapelle de Schönstatt près de Cambrai (la seule en France) ? C’est à cause d’un jeune séminariste allemand de 20 ans, Joseph Engling, un des premiers disciples du Père Joseph Kentenich. Mobilisé pour participer à la première guerre mondiale, il se retrouve en juin 1918, sur le front des Flandres. Là, il adresse à Notre-Dame de Schönstatt l’offrande de sa vie : « Permets que je sois une victime pour les tâches que tu as prévues pour notre Congrégation »

Il était volontaire pour aller chercher le ravitaillement sous les obus. Le 4 octobre 1918, alors qu’il est basé du côté du cimetière d’Eswars, Joseph Engling a annoncé à un de ses amis que son sacrifice serait accepté. Le soir il fut touché, aux environs de Cambrai, à Thun-Saint-Martin, par un tir meurtrier. C’est alors que fut scellée dans une mort héroïque sa consécration à la Mère de Dieu. Enterré à la hâte, on n’a jamais retrouvé son corps : on pense qu’il repose dans l’ossuaire de Solesmes à Cambrai, où son nom est inscrit.

La chapelle de Thun-Saint-Martin a été bâtie en 1965 par un groupe d’Allemands et de Français, d’où le nom : « Sanctuaire de l’Unité »

              

 

              Le sanctuaire a été très longtemps animé par des religieuses allemandes de Schönstatt. Malheureusement, la dernière, Sœur Michaela, est récemment retournée en Allemagne, parce que trop âgée.

          Le Père Jean-Marie Moura a reçu de son Evêque la mission de faire vivre et développer le sanctuaire : il a de grands projets !

          Prions Notre-Dame « Mère et Reine Victorieuse trois fois Admirable de Schönstatt » que ces projets se réalisent !

          Notre prochaine rencontre aura lieu en juin 2017, probablement à la Maison Saint Jean-Marie Vianney de Cambrai (des précisions seront données en temps voulu)

Anne et Marc, Marie-Françoise et Fernand

 

 

Article publié par Fernand DERVAUX • Publié Dimanche 11 décembre 2016 - 18h14 • 528 visites

Haut de page